Vous aimez ce blog? Dite-le en cliquant le bouton:

mercredi 23 décembre 2009

Joyeux Noel 2009 Et Bonne Année 2010

Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes et une bonne année 2010 !

samedi 12 décembre 2009

L’invasion des Caisses Automatiques

46 - Caisses Automatiques

Depuis plus d’un an, les supermarchés propose et incitent à l’usage de nouvelles caisses automatiques. Le principe ? Une machine munie d’un tapis roulant, d’un scanner et d’un écran informatisé vous permet de faire vous-même votre addition. Plus besoin de caissière, une simple personne pour 3 à 6 machines suffit pour s’assurer du bon fonctionnement de l’ensemble. Les supermarchés qui proposent cette solution incitent leur client à utiliser les machine en invoquant la rapidité de l’opération. Certains les adorent d’autres les détestent, qu’en penser ?

48% de clients insatisfaits en Grande-Bretagne

Une étude récente en Grande-Bretagne, ou les caisses automatiques sont très répandues, indique que 48% des anglais les détestent : ni rapides, ni pratiques elles sont devenues un cauchemar pour presque une moitié des anglais. Pourquoi ? Dans un caddie il y a presque toujours un ou plusieurs article qui ont un code-barre non compris obligeant à effectuer des gestes répétitifs, les sacs réutilisables déclenchent parfois une alarme ou sont comptés comme nouvel achat, les clients ont l’impression de faire un travail en plus qu’ils ne faisaient pas avant, certains clients éprouvent de l’angoisse en sortant du magasin : ont-il sélectionné le bon type de pain, de fruits ou de légumes ? Ne vont-ils pas être contrôlé et humiliés par la sécurité du magasin ? Les clients qui ne sont pas à l’aise avec les machine et ordinateurs peut se sentir diminués face aux autres clients qui les regardent et s’impatientent ? Si un produit à été consommé partiellement ou entièrement dans le magasin (un boisson, un paquet de gâteaux,…), la caisse automatique refuse obstinément le payement sous prétexte que le poids n’est pas (plus) conforme. Enfin, évidemment, les machines ne parlent pas et les relations sociales même sommaires que l’on peut avoir avec les caissières n’existent plus du tout, cela peut être frustrant.

Intérêts de ces machines

Pourquoi les magasins tentent-il d’imposer ces machines ? Pour des raisons de coûts évidemment. Mais pas seulement, une machine n’est jamais malade, syndiquée, absente, voleuse, fatiguée, pas disponible, etc. Elle peut travailler sans arrêt 24h/24 et 7j/7 sans aucune revendication ni heure supplémentaire. Une machine se forme rapidement à toutes les nouveautés du magasin (une mise à jour du programme suffit), elle n’implique aucune cotisation sociale, et patronales, et autres. Les machines impliquent un lourd investissement à l’achat mais après presque plus rien, juste un peu de maintenance. C’est donc idéal dans le contexte de course permanente à la marge et la concurrence des prix.

Problématiques apportées par ces caisses automatiques

Quels sont les problèmes soulevés par ces caisses automatiques qui ont l’air d’avoir beaucoup d’avantages ? Nous avons déjà vu que presque la moitié des utilisateurs ne les aiment pas. Les autres pense qu’ils gagnent du temps grâce à ces machines. C’est surement vrai si l’on n’a qu’un article a payer et si la queue n’est pas trop longue. Dans les autres cas, si parfois nous avons l’impression de gagner du temps c’est que nous sommes actifs dans cette opération : c’est nous qui faisons le travail des anciennes caissières et pendant que nous faisons cela le temps paraît moins long. En réalité l’opération prend plus de temps car les caissières sont des athlètes de l’addition et même avec beaucoup d’entraînement nous ne pourrons jamais faire mieux.

En réalité le fait que le client fasse lui-même le travail pose de nombreux problèmes. A l’époque où les sacs plastiques étaient encore gratuits, les supermarchés qui demandaient à leur caissières de mettre les articles scannés directement dans les sacs avaient ma faveur. En effet souvent je fais mes course le soir et j’ai aucune envie de passer du temps dans le supermarché et encore moins de ranger moi-même les provisions. C’était un service simple mais appréciable. Avec les machines nous avons un service négatif : c’est moins bien que dans le pire des supermarché d’autrefois. Nous rangeons nous même nos provisions dans les sac et nous nous décarcassons pour scanner les provisions sans se tromper dans l’usage de la machine.

Mais la disparition du service n’est qu’anecdotique, le plus grave avec ces machine est finalement l’appauvrissement du pays que ce représente. En effet les postes de caissières supprimés ont un impacte important sur l’économie. Les poste perdus ne gagnent plus d’argent et en coûtent à la société (via l’assurance chômage et les aides sociales). Les chômeurs consomment moins, ne payent pas d’impôts et les employeurs ne cotisent plus aux caisses maladies, chômage, formation, etc. Les économies effectuées par ces magasins ne profitent qu’à ce derniers. Lorsque dans un magasin il y a les deux types de caisse, les clients qui choisissent la caisse automatique payent-ils moins cher ? Bien évidemment que non. Or nous avons également vu que les clients ne gagnent pas de temps en général non plus. Il n’y a donc pas d’intérêt particulier pour les clients mais de nombreux inconvénients pour la société. C’est l’exemple typique de la mauvaise idée que l’on essaye de nous imposer car ce n’est intéressant que pour le marchant.

Resituons ce débat dans un contexte plus vaste

Notons que dans le capitalisme moderne, on essaye en permanence de nous faire croire que le plein emploi est illusoire et qu’il faut arrêter de le revendiquer. Dans le même temps on liquide des emplois par centaine de milliers sans scrupule. Nous constatons inévitablement un dérapage des déficits publiques ce qui est normal vu qu’il y a de moins en moins de gens au travail et que les autres (les chômeurs) nous coûtent de plus en plus chers. C’est pourquoi également le capitalisme moderne tente de tout faire pour diminuer les charges et responsabilités de l’état : privatiser la santé, dérembourser les médicaments, appliquer des franchises, privatiser la gestion des chômeurs, réduire le personnel de l’éducation nationale, etc. En limitant les missions de service publiques on maintient les déficits à un niveau raisonnable malgré le chômage. Le chômage maintient les salaires bas, ce qui arrange les riches qui ont ainsi accès à des services de qualité et très peu cher grâce à un personnel nombreux. En vérité le plein emploi (ou presque car il y aura toujours des tire-au-flan) est possible mais dans ce cas des ratio de salaires allant de 1 à 200 jusqu’à 1000 ne sont plus possibles. Mais personne ne veut partager son salaire et même riches, en général, les hommes en veulent toujours plus même si leurs salaires n’ont plus de sens depuis longtemps. Nous entendons souvent le slogan “travailler plus pour gagner plus” qui est bien le cœur du système : Plus pour certains et donc moins pour d’autres qui du coup sont stigmatisés comme fainéants (ils n’ont pas travaillé plus). Dans le même temps le slogan justifie les hauts salaires : S’ils sont riches c’est parce qu’il travaillent beaucoup (et sont compétents également). Bien entendu c’est faux, qui peut croire qu’un dirigeant travaille 200 fois (et jusqu’à 1000 fois) plus qu’un ouvrier alors que ce n’est pas physiquement possible ? Oui, mais on oublie qu’ils sont tellement plus compétents que de simples ouvriers. Dommage qu’ils fassent de temps à autre des bêtises si grosses qu’elles mettent en péril leur entreprise entière…

Non au caisses automatiques, c’est une arnaque

Alors, les caisses automatiques, pour moi ce sera toujours non, je ne cautionne pas et ne veut pas participer à cette paupérisation qui finira également par me toucher dans un délais moins long qu’on l’imagine parfois.

samedi 21 novembre 2009

Tous contaminés

BPA

Un article du New York Times a attiré mon attention. Il traite de la contamination des Américains au Bisphénol A (ou BPA). Il s’agit de cette même substance dont on avait parlé il y a quelques mois concernant les biberons et qui pourrait-être toxique…

Qu’est-ce que le BPA ? Il s’agit d’une substance chimique permettant de faciliter le travail de certains plastiques (il rend liquide la résine de polyester). A vrai dire, il est présent dans de nombreux produits en plastiques : biberons, tasses, bouteilles en plastiques, verres jetables (vous savez, ceux que l’on utilise pour boire le café le matin au bureau…), récipients alimentaires mais également dans les plombages dentaires ! Lorsque je vous dit qu’il est présent presque partout c’est pas un mensonge…

Quels sont les effets du BPA ? Evidemment, comme pour les effets des antennes téléphoniques et autres WIFI, les études se suivent et ne se ressemblent pas. Certains soupçonnent qu’elles affectent le développement du cerveau du fœtus et des nouveaux-nés, d’autres qu’il facilité l’obésité et le cancer du sein... Il est également montré du doigt concernant les risques qu’il engendre sur la fertilité masculine. Nul ne sait dire aujourd’hui quelle est la valeur limite admissible pour l’homme, c’est dire si l’on a bien étudié les effets de ce produit ! Des études disent que les rats ne sont pas affectés par le BPA tandis que d’autres montrent des problèmes de malformations génitales, de sperme déficient, d’anomalies dans l’utérus et le vagin, de maladies cardio-vasculaires, de diabètes, etc.

Des analyses faites par le magasine Américain “Consumer Reports” indiquent des taux importants de ce produit dans de nombreuse préparations alimentaires du commerce. Ces taux ne s’expliquent pas complètement et l’origine de la pollution ne peut être dû uniquement à l’emballage plastique.

Est-ce pourquoi 92 % des Américains on du BPA dans leurs urines ?

L’année dernière, le Canada a été le premier pays à conclure à la dangerosité du BPA. Recommandant aucune exposition à ce produit aux femmes enceintes, femmes qui allaitent et aux enfants de moins de 2 ans.

Que faire ? Ne plus utiliser d’emballage plastiques chez soi, en particulier ne pas les mettre au micro-onde. Ne pas acheter de nourriture emballées sous plastique, ne pas boire dans des verres en plastique (ou très occasionnellement) et n’acheter que des biberons en verre ou en plastique certifié sans BPA (un peu plus chers).

Visas pour la Chine

VISA

Des nouvelles de Chine ou il semble que certaines entreprises locales aient décidé de faire du business en facilitant des visas pour les personnes étrangères désirant travailler sur place. Cette pratique ne semble pourtant pas avoir d’impact sur le nombre de visas attribués par la Chine aux étrangers (160 000 visas par ans).

Il est vrai que l’obtention d’un visa pour travailler en chine est parfois long et difficile. Des entreprises désirent aider les “travailleurs” dans leur besoin de visa en fournissant des lettres d’invitation, contrats de travail et certificats d’enseignement. Impossible de savoir combien d’entreprises proposent ce genre de services ni si cette pratique reste confidentielle ou est en pleine expansion.

Pour vous faire une idée vous pouvez taper “agent de visa china” dans google. Nous pouvons également ajouter les mots “invitation letter”. Au vu des nombreux résultats qui sortent nous pouvons en déduire que la pratique n’est pas seulement confidentielle…

Que proposent-elles ? Ces entreprises proposent une aide pour l’obtention de visas F (business) et Z (travail). Elles travaillent avec un réseau d’entreprise Chinoises prêtes, contre monnaie sonnante et trébuchante, a fournir toutes les pièces justificatives nécessaires à l’obtention du précieux sésame. Une aide pour un visa F coûte 150 euros environ tandis que le visa Z d’un an coute lui 800 euros. L'enregistrement d’un étranger en tant que représentant d’une entreprise permet l’obtention d’un visa Z pour 2 ans mais coûte 1500 euros.

Pourquoi payer si cher alors qu’un simple visa touristique peut faire parfois l’affaire pour 10 fois moins cher ? Simplement parce que le renouvellement d’un visa touristique nécessite de rentrer au pays (il faut alors ajouter le billet d’avions aller-retour, le prix du visa, le temps perdu et la fatigue occasionnée par le voyage).

Pourquoi ces entreprises fournissent de tels documents alors qu’elle risquent des amendes ? Il semble que la pratique soit, pour l’instant tolérée par le gouvernement Chinois mais rien ne garanti que cela le restera si cette pratique s’étend. Bien entendu, ces entreprises s’exposent à de sévères punitions et les tarifs proposés ne sont pas si chers.

Bien entendu on ne saurait recommander cette pratique honteuse et illégale et il est nécessaire d’informer les personnes désirant utiliser ce genre de services des risques encourus si elles étaient finalement réputées comme ayant utilisés ces faux documents. Leur séjour sur le sol Chinois en serait fortement compromis à l’avenir.

Mots clés Technorati :

vendredi 13 novembre 2009

Contre-mesures

ContreMesures

Définition wikipédia : “Une contre-mesure est une disposition prise pour s'opposer à une action, à un effet, à un événement, ou pour les prévenir. Dans le domaine des armements, et plus particulièrement de la guerre électronique, ce terme est utilisé pour désigner divers systèmes de défense face à une menace”. Dans ce billet nous parlerons des contre-mesures que les politiques utilisent pour détourner l’attention des Français sur les vrais problèmes du moment.

Comment reconnaître les contre-mesures ? Elles sont lancées :

  • sans qu’elles soient absolument nécessaires,
  • ne sont pas demandées par les Français ni justifiées par l’actualité,
  • portent sur des sujets décalés par rapport aux problèmes du moment,
  • sont en général un brin discutables ou scandaleuses (elles doivent en effet provoquer un débat dans la presse afin d’occuper le terrain),
  • arrivent à des moments critiques (embarras du gouvernement, montée des mécontentement, du chômage, de la précarité, …).

Si vous constatez qu’un débat ou qu’un sujet conforme à la description ci-dessus est lancé, c’est que vous avez affaire a ce que nous appellerons une Contre-Mesure (CM). Les CM ne datent pas d’hier, certes, mais il faut bien commencer à en parler un jour. Aussi commençons maintenant. L’article, comme d’habitude sera complété au fur et à mesure. Je sais bien que vous pouvez trouver tout cela dans les journaux mais, ce que ne font pas ces derniers, c’est de mettre bout à bout ce qui est finalement qu’un tout. L’information distillée au fur et à mesure n’a pas le même impact. Une question reste lorsque le CM fusent : quels sont les (gros)problèmes gênants que l’on essaye d’occulter ?

Début Novembre 2009 le gouvernement lance un grand débat sur l’identité nationale avec un site web dédié ou chacun peut poster un message qui apparaît (après modération toutefois). Le but étant de faire une synthèse complète des résultat en début d’année prochaine. Tout cela est très bien mais les français n’avaient rien demandé et pire il n’y avait même pas d’actualité pouvant légitimer un tel débat. Il s’agit bien d’une Contre-Mesure. La flamme de cette CM est relancée en permanence ces derniers jours : d’abord jugée “nécessaire” par le président, ce dernier indique qu’”il n’y a pas de place pour la burqa”. Au cas ou nous n’aurions pas conscience du caractère délicat et presque scandaleux de la CM, le ton est maintenant clairement donné.

Le 8 novembre une photo du président sur son Facebook indique qu’il était à Berlin le 9 novembre pour la chute du mur. Polémique la date a l’air impossible. Dans le fond on s’en fiche un peu qu’il aie été là-bas ou pas a cette date (encore que un aussi gros mensonge n’est pas bon pour un président) mais c’est surtout un détail qui occupe la presse : une belle CM !

Le 11 novembre 2009, un député de la majorité s’insurge contre la nouvelle lauréate du Goncourt 2009 et parle d’un devoir de réserve des artistes : Cette dernière s’étant exprimée il y a des mois sur ces raisons de vivre à l’étranger mettant en cause de manière violente le gouvernement. Bien évidemment, la lauréate n’est pas fonctionnaire, ni miss France et donc non soumise au devoir de réserve. Ses propos n’engagent qu’elle, n’ont pas grande importance et sont excessifs comme la réaction du député : il s’agit bien d’une belle CM ! A noter que notre ministre de la culture si prompt a défendre le cinéaste Polanski est plus mous cette fois-ci dans sa réaction de défense des artistes (aurait-il appris de son soutient au cinéaste ?).

Le 13 Novembre 2009 l’assemblée vote la fiscalisation des indemnités sur les accidents du travail. Voila une bonne CM que personne n’avait demandée, qui ne posait de problème à personne qui ne rapportera pas grand chose (gain estimé a 150 millions d’euros) mais qui est bien scandaleuse. Ces indemnités données à des victimes des leur travail et sont limitées à 60% du salaire normal. S’il s’agissait vraiment de “corriger une anomalie fiscale” (dixit le rapporteur général de la commission des finances, il faudrait augmenter la limites des 60% de manière à ce que l’anomalie soit corrigée sans perte de pouvoir d’achat (évidemment ce n’est pas prévu). Il faudrait également corriger toutes les autres “anomalies fiscales”, à commencer par la défiscalisation des heures supplémentaires (idée d’origine PS) qui, elles, coûtent “seulement” 4 milliards (27 fois plus que la fiscalisation des indemnités des accidents du travail). Ce qui est troublant c’est que les personnes les plus touchées par cette mesure sont les ouvriers (plus de risque d’être accidentés que les cols blanc) et les employés de l’industrie, soit un des cœurs électoraux de la majorité et ce qui reste encore de notre industrie Française pourtant si vitale pour notre pays. Il s’agit bien d’une CM !

Les chèques contraception sont une CM sur mesure apportée par Ségolène Royale au gouvernement (13/11/09, encore). Que l’on soit pour ou contre la mesure, est-ce vraiment nécessaire d’en faire une affaire d’état avec ministre en embuscade (bien que le coût soit nul pour l’état) ? Bien sûr que non ! Vu la gravité du problème (par rapport a tous ceux actuellement en France) et l’importance qu’on y donne, nous sommes en présence d’une très belle CM !

Le 15 Novembre on nous propose une loi contre la fessée. D’accord 18 pays de l’EU l’ont déjà faits mais tout de même, n’a-t-on pas plus urgent a faire en ce moment ? Un belle CM.

Depuis décembre 2009 nous n’entendons plus parler que de loi sur la Burqa. Encore un sujet brulant qu’il était très urgent de traiter en ce moment. A croire que ce ne soit plus que le dernier problème non encore réglé en France.

En janvier 2010 le gouvernement propose une carte jeune pour la musique avec 200 euros de musique offerte par le gouvernement peuple (avec ses lourds impôts). Encore un sujet urgent qui, de plus, fait grandement plaisir à tous les artistes…

Janvier 2010 toujours, le gouvernement soulève le problème urgent de la part des femmes dans les conseils d’administration. En effet, la crise est surement due à cela.

La suite des CM en temps réel…

jeudi 12 novembre 2009

La désindustrialisation

 41 - Désindustrialisation

Nous entendons parler souvent de la désindustrialisation de la France. Pourquoi cet état de fait ? Que cela implique-t-il ? Quels sont les mécanismes en jeu ? Ou allons-nous ?

Commençons cette histoire avec celle du constructeur automobile Ford qui s’est rapidement intéressés aux gains de productivité. En 1911, Frederick Winslow Taylor sort son livre "Principles of Scientific Management". Il offre une occasion unique d’améliorer la productivité de Ford : C’est le début du Taylorisme. Le travail est découpé en tâches préparées par des ingénieurs. Les ingénieurs pensent et optimisent alors que les ouvriers n’apportent que leur force physique car ils n’ont plus besoin de réfléchir. C’est le début de l’exploitation de la classe ouvrière et de la dévalorisation de son travail.

Henry Ford qui visite un abattoir de Chicago où défilent les carcasses bovines, a la vision de ce qui deviendra le travail à la chaîne dans l’industrie. Mais il sait également que s’il veut que son entreprise prospère, il doit vendre le plus de voitures possible. Ainsi lui vient l’idée que ses ouvriers devraient être également ses clients : reprendre une partie des salaires en revendant aux ouvriers le fruit de leur propre travail ! Voila une idée géniale qui a le mérite de motiver les ouvriers à produire un travail de qualité ! Notez que ce principe est toujours en vigueur chez Porche et que le parking de l’usine Porche est plein de Porches ! Pour que le projet d’Henry Ford réussisse il faut que les ouvriers soient bien payés. Ce dernier décide donc de doubler leur salaire. Son plan marche à merveille, les ouvriers deviennent clients et ne veulent plus changer d’entreprise (faible « turnover »). Leur fort pouvoir d’achat donne également un coup de fouet à la consommation en général : C’est le début de la société de consommation américaine.

Pendant ce temps, au Japon, de nouvelles méthodes s’imposent pour sortir l’économie Japonaise du désastre de l’après-guerre : il s’agit du système de production Lean de Toyota (appelé vulgairement le « Toyotisme »). L’ingénieur Taiichi Ohno San met au point un système réduisant les coûts en chassant le gaspillage, en optimisant la qualité de la production et en réduisant les stocks (flux tendus, Just in time ou méthode Kanban). Pour réussir complètement, cette méthode nécessite une participation active de tous à l’amélioration (on parle alors d’« amélioration continue »). Tout le monde dans l’entreprise Lean doit améliorer en continu la qualité, la sécurité, la maintenance et bien entendu la productivité. Ce rêve devient réalité en fixant des objectifs de Proposition d’Amélioration (PA) au personnel. Ce système offre de nombreux avantages : Tout en étant efficace, il offre une reconnaissance sociale du travail des ouvriers. Ce système fonctionna parfaitement bien car s’il demande un engagement fort (voir total) des employés, il leur offre également la garantie d’un emploi à vie. Ainsi on trouve, encore aujourd’hui, des retraités de Toyota qui viennent bénévolement balayer les usines avec une tenue marquée “Volunteer” au dos. Le système Toyota reste inconnu en occident puis arrive finalement dans les années 70. Il est alors introduit progressivement dans toutes les grandes usines du monde. Avec, toute fois, certaines limites ou inexactitudes comme nous allons  le voir.

Un coup d’accélérateur industriel est donné lorsque l’actionnariat prend une tournure plus agressive. Ceci arrive avec l’invention du LBO (Leveraged Buy Out), arme de guerre des financiers, introduite par le célèbre Henry Kravis (450 millions $ de gains en 2006). Le LBO a été inventé en partant du principe que pour construire un empire industriel il fallait des dizaines d’années. Années, où chaque profit est réinvestit patiemment dans l’outil industriel permettant à l’entreprise de grossir et de prendre des parts de marché. A ce rythme une somme investie par des actionnaires dans une entreprise industrielle n’offre qu’une rentabilité de quelques pourcents. Comment aller plus vite que la croissance du pays et gagner plus d’argent ? Tel est le casse-tête que se propose de résoudre Kravis. Le LBO est inventé. Il consiste à acheter une entreprise en empruntant dans plusieurs banques avec un apport personnel de l’ordre de 20%. L’endettement des acheteurs doit correspondre à la capacité de génération d’argent frais par l’entreprise achetée durant les 3 à 4 années qui suivent l’achat. Le système LBO permet également de défiscaliser le projet (déduction des impôts des intérêts du prêt) en passant par une holding, générant du coup un effet de levier (forte rentabilité pour un investissement initial réduit). En d’autre termes, une entreprise acheté par un montage en LBO doit être “pressée comme un citron” de manière à rendre le maximum de d’argent liquide afin de rembourser (elle-même) le prêt bancaire qui a servi à l’acheter ! Il s’agit donc d’un véritable acte de parasitisme et de piratage fiscal. Acte, pourtant toujours toléré et ce, malgré l’expérience de la crise de 2008-2009 !

Dans le cadre des LBO, le système Toyota est une arme efficace, il offre des possibilités presque infinies d’amélioration de productivité et la garantie que les LBO seront juteux. En Europe le système des LBO est arrivé dans les années 80 et ce n’est pas un hasard si depuis 30 ans la France à perdu 40% de son industrie. En effet, si le système Toyota peut se justifier lorsqu’il faut relancer l’économie d’un pays après une guerre dévastatrice, il ne se justifie plus dans un système ou il n’y a pas de projet collectif autre que les gains de productivité à destination des actionnaires. D’autant plus que le système n’offre plus le plein emploi. Pourquoi ? Le système Toyota est utilisé par les financiers uniquement pour gagner en productivité afin de produire plus d’argent liquide. Le but ultime n’est plus de construire un empire industriel mais de réussir un LBO rentable. Les gains de productivité ne sont donc plus reversés aux ouvriers ou réinvestis mais servent à rembourser les prêts et à licencier afin d’alléger les coûts fixes et d’être encore plus profitable. Ainsi, les ouvriers qui participent à la mise en place des optimisations préparent (pour certains) leur licenciement. L’utilisation du système Toyota à des fins de LBO rentable est donc particulièrement cynique car cela demande au personnel de scier eux-mêmes la branche sur laquelle ils sont assis !

Contrairement à la méthode d’Henry Ford, les LBO impliquent de ne pas augmenter les salaires mais, au contraire, de les maintenir à un niveau bas. Cela optimise les coûts et donc l’argent liquide (n’oublions pas que le LBO se finance par l’argent liquide dégagé par l’entreprise achetée).

Associés à la méthode Toyota, l’organisation de concours internes est un moyen pratique de motiver les troupes pour un budget raisonnable et non indexé sur les résultats de l’entreprise. Il est ainsi possible de réaliser des concours de PA (Proposition d’Amélioration, voir ci-dessus) de ventes, de performance, de production, etc.… Les récompenses données aux vainqueurs ont un coût fixe modeste mais ont fortement activés tous ceux qui n’ont pas gagnés et qui ne toucherons donc rien. Dans les entreprises « efficientes » (nous les appellerons ainsi), l’intérêt des concours ne réside pas dans le gagnant mais le grands nombre de perdants qui ont tentés leur chance. Les gains des concours sont d’autant plus attractifs que les salaires sont maintenus bas, chacun ayant besoin d’améliorer son ordinaire. Une autre astuce consiste à utiliser les employés dans les publicités de l’entreprise : cela ne coûte pas cher (quelques bons cadeaux), est plus crédible vis à vis des clients et motive les troupes (l’employé à enfin son heure de gloire). Si ce n’était pas une manipulation flagrante je dirais que c’est tout simplement génial ! La journée “j’aime ma boite !” se positionne surement dans cette catégorie : motiver gratuitement les employés sans leur être redevable. Dans l’ancien système Toyota les employés aimaient réellement leur entreprise car c’était pour eux comme une seconde famille qui les accompagnait (employait) toute leur vie… Dans les entreprises efficientes cette caractéristique a complètement disparue au profit de la précarité.

Le manque de projet industriel fédérateur peut se compenser à coup de slogans d’entreprise trompeurs et creux. Ce fut l’avènement de ce que l’on appelle, à tord, la “culture d’entreprise”. Des slogans comme “zero defect, now!” (Zéro défaut, maintenant !), ou “Adaptive Enterprise” (l’entreprise qui s’adapte), ou “donnons au train des idées d'avance” en sont quelque exemples. Un bon slogan permet de motiver ses troupes tout en étant attractif pour les clients. Ainsi deux cibles sont touchées. Lorsqu’un slogan s’épuise (ce qui ne manque jamais d’arriver) il est nécessaire d’en changer, comme de changer de logo. Des cabinets de conseils spécialisés facturent des centaines de milliers d’euros pour proposer un nouveau logo ou un nouveau slogan. Vu les gains internes et externes à l’entreprise ce n’est finalement pas si cher payé ! Sont également intégrés à la “culture d’entreprise” les méthodes de type Toyota. Faire adhérer les employés à la recherche d’efficacité étant le but final.

Le point commun des entreprises efficientes est que tout se base sur l’homme qui devient la seule (et immédiate) variable d’ajustement. Les profits stagnent ? Immédiatement on licencie. Nous nous plaignons souvent de cet état de fait sans en comprendre la cause. A force d’optimiser le travail humain, ces derniers sont progressivement pressurisés dans une course sans fin qui débouche parfois sur des suicides. Le système d’évaluations individuelles des performances met en concurrence les employés entre eux. Ce qui est important n’est pas la hauteur ni le réalisme de l’objectif fixé mais la concurrence qu’il implique. De nombreux employés se plaignent de leurs objectifs inatteignables, ils ne comprennent pas que ces objectifs n’ont que peu d’importance, il s’agit d’un leurre. La mode des sites/emails permettant la dénonciation en entreprise (de la corruption au départ) va dans ce sens.  L’employé, soumis à une pression constante, à une compétition constante avec ses collègues, paupérisé par des salaires à peine suffisants pour vivre et menacé du chômage généré par ce système implacable n’a d’autre choix que de devenir docile ou de craquer (suicides, démissions, arrêts maladie, …). Ceux qui craquent ne sont pas dignes de l’entreprise efficiente. Les ouvriers se transforment progressivement en athlètes de la production au mépris de leur santé. Ainsi, 10% des hommes sont dépendants à l'alcool à cause directement de leur travail, tandis que 8% des femmes actives prennent des psychotropes pour tenir le coup au travail.

Au début du processus, les cadres étaient épargnés car ils étaient nécessaires pour la mise en place de ces pratiques. C’est ainsi qu’une véritable idéologie du développement personnel et du management est apparue. Une simple recherche sur la librairie en ligne Amazone montre l’étendue des dégâts. Le mot “management” appelle plus de 25 000 livres en français et 325 000 en anglais ! La plupart des livres de management enseignent les mêmes principes. Isoler l’employé pour mieux le contrôler et finalement le soumettre. Au début, les cadres adhèrent car cette idéologie leur promet de se surpasser, ensuite car ils sentent bien qu’ils n’ont plus le choix. S’ils n’obéissent pas, d’autres obéiront, la liste des candidats à leur poste est déjà tellement longue… Mais vous comprendrez que c’est un très mauvais calcul.

Avec le temps et les gains de productivité, le système, « bête sauvage » à l’appétit Gargantuesque, exige que les cadres soient également optimisés et pressurisé. Autrefois les suicides d’ouvriers existaient, mais étaient peu médiatisés. Une sorte de tolérance pour le sacrifice de cette catégorie sociale était de mise (de fait). Maintenant que la machine s’attaque aux cadres, ceux-ci, plus habiles avec les médias, braquent les projecteurs sur leurs cas (et ceux des autres également car il sert leur cause). C’est ainsi que nous entendons parler des suicides chez France Télécom l’année où, finalement, il y en à le moins. A la seule différence qu’autrefois ils touchaient presque exclusivement des ouvriers et que maintenant les cadres sont touchés de plein fouet. Que l’on ne s’y méprenne pas, les cadres dits “moyens” sont touchés mais à terme une bonne partie des cadres dirigeants y seront soumis. La machine mange sans cesse, à toujours faim, et n’épargne aucun inutile à sa stratégie. Ainsi nous avons vu fleurir des tentatives médiatiques de rebellions des cadres : le best-seller “Bonjour paresse” de Corinne Maier, paru en 2004, indique comment survivre dans une entreprise en pleine transformation. Selon l’auteur, il n’y a d’autres issues que la résistance passive. Devenir les grains de sable qui ralentissent la machine. A vrai dire, beaucoup de cadres (parfois inconsciemment) ont naturellement trouvé cette solution ultime. Enrayer la machine c’est diminuer son appétit, peut-être sauver son emploi.

Lors que les gains maximums sont déjà en grande partie atteints en interne (la « croissance organique »), que faut-il sacrifier sur l’autel du Dieu LBO ? Il ne reste plus qu’à privilégier l’achat de concurrents qui, trop lent dans leur optimisations, sont devenus fragiles. Car si les entreprises efficientes sont peu rentables pour la société sur le long terme, elles ont de gros avantages sur les entreprises « classiques » à plus court terme. Les financiers appellent cela pudiquement la « croissance externe ». Les entreprises efficientes ont donc vocation à grossir indéfiniment, tel un trou noir, elles absorbent tout sur leur passage.

Les PME jusqu’ici épargnées par la sauvagerie du système LBO sont à leur tour menacées par le besoin de croissance externe des entreprises efficientes. L’innovation des PME attise leur convoitise, incapable qu’elles sont d’innover car focalisées uniquement sur le profit immédiat. Ainsi les derniers havres de « travail équitable » ne peuvent que disparaître progressivement. Les PME sont le premier employeur de France. Et pour cause, les entreprises efficientes sont des tueuses d’emploi. Elles n’ont pour vocation que de vendre cher un produit ou service leur coûtant le moins cher possible.

L’autre voie d’optimisation est la délocalisation vers des pays à bas coûts et de surcroit peu exigeants sur les aspects sociaux. Le gain est donc élevé. Ces délocalisations font baisser fortement le niveau de vie des anciens pays riches. Les nouveaux chômeurs ne consomment pas ou peu, de même que les quelques employés au pouvoir d’achat fortement dégradé. Mais qu’importe pour les dirigeants de fonds d’investissement ! Ils ont compris depuis longtemps que les délocalisations développent les pays “pauvres” créant de toute pièce un nouveau marché, avec ses nouvelles classes moyennes, ses nouveaux riches et ses anciens chômeurs qui ont, depuis, acquis un peu de pouvoir d’achat. La croissance est là. Que se passera-t-il lorsque ces nouveaux consommateurs seront devenus trop chers à employer ? La réponse est simple : ces pays pauvres sont souvent fortement peuplés et avant d’arriver au plein emploi (situation détestable pour les « chevaliers du LBO »), il se passera des décennies voir des siècles. Tout va bien donc. Mais rappelez-vous toutefois que la machine est Gargantuesque, elle ne peut donc se stabiliser sur cette semi-réussite sachant qu’il y a toujours des gains possibles. La stagnation n’est pas une option dans le monde de l’efficience. C’est ainsi que, comme pour les cadres, ceux qui ont profité du système finissent par être à leur tour avalés vivants. Nous assistons donc à des délocalisations en cascade. Dès que le niveau de vie d’un pays à bas-coûts monte un peu, les salaires suivent (même modestement) et la rentabilité n’est plus optimale. Il faut aller ailleurs. Après l’Europe de l’Est, la Chine, après la Chine, l’Afrique, après l’Afrique ?…

Doit-on pousser l’imagination du cynisme des ces investisseurs en croyant que la paupérisation de leur propre pays les arrange ? Un pays pauvre agrandit leur pouvoir d’achat et donc leur pouvoir. Quelles sont les conséquences de ce système ? Paupérisation des uns, développement provisoire des autres, tel un nuage de sauterelles qui se déplace lorsque la nourriture est moins abondante, les chevaliers du LBO ruinent l’emploi, le tissu de PME et le pouvoir d’achat. Leur stratégie passe inaperçue car au début elle se confond avec l’intérêt des consommateurs. Des produits fabriqués dans des pays à bas-coûts coûtent moins cher et donnent l’illusion d’un pouvoir d’achat accru. Lorsque l’emploi est touché par les délocalisations, les gains deviennent des coûts : mieux vaut un emploi stable correctement payé qu’un chômage subit mais agrémenté des produits pas chers que l’on ne peut plus acheter. Le bas-coût (ou « low-cost ») touche également l’alimentation : les pauvres mangent donc également plus mal. Quant au peu d’emploi qui reste c’est un emploi soumis et « presse-citron », un emploi qui détruit la santé des salariés les poussant au suicide. Comme nous l’avons vu, même les hauts-salaires finissent par être touchés car l’optimisation de leur emploi est inévitable lorsque seul ce gain reste possible. Collaborer avec ce système est collaborer avec le diable : nous ne pouvons que perdre. Comment considérer une société qui dévalorise autant le travail au profit du capital ? N’est-ce pas là les signes d’une décadence profonde ?

Il est légitime de se demander ou s’arrêtera la machine ? La réponse est simple : elle ne s’arrêtera pas. Du moins pas sans changer beaucoup de choses à notre façon de gérer le Monde. Revaloriser l’investissement industriel, source de profit lents et de création d’emploi et de valeur. Taxer les profits financiers rapides car forcément destructeurs. Interdire les montages complexe comme le LBO : ils n’apportent rien au peuple, rien au pays, rien à personne d’autres qu’aux investisseurs. Etc.

Hélas souvent les gouvernements cèdent aux sirènes de ces investisseurs puissants. C’est ainsi que l’on décide de réduire le nombre de prud’homme, véritable empêcheurs de tourner en rond, c’est ainsi que l’on a créé durant des années des centaines de niches fiscales permettant de savantes et puissantes déductions fiscales réservés aux ultra-riches. C’est ainsi que les discours politiques revalorisent le travail pendant que discrètement il est mis à mort…

Petit brin de cynisme pour la fin, remarquez bien que le système est cyclique : les anciens pays riches deviendrons les nouveaux pays pauvres (longtemps après, certes), ils attireront alors une relocalisation de leurs anciennes industries, mais à quel prix et pour combien de temps ?

PS1: La fin de l’histoire de Ford : après avoir donné du pouvoir d’achat à leurs ouvriers, Ford finit par céder à la tentation de la délocalisation de la production au Mexique.  Le reste de l’histoire est connu, l’opération a finalement fait perdre de nombreux clients (les anciens ouvriers américains) qui n’ont jamais été remplacés (les mexicains étant si peu payés qu’ils ne pouvaient s’offrir une voiture). S’en suivi les difficultés de Ford que nous connaissons tous aujourd’hui.

PS2: Les entreprises Japonaises de l’après guerre offraient l’emploi à vie jusqu’à la crise financière des années 1990, l'éclatement d'une bulle spéculative fit chanceler le système bancaire et condamna la deuxième économie mondiale à une "décennie perdue" de récession et de déflation. Cette crise fut si violente que les entreprises Japonaises n’eurent d’autre choix que de licencier à tours de bras, brisant du même coup le plein emploi Japonais. Les employés Japonais d’une loyauté sans égal vis à vis de leur entreprise se retrouvèrent à la rue. Ces anciens “salarymen”, comme on les appelle, ne furent jamais remplacés, les jeunes ayant vu leurs parents désemparés après tant de loyauté non récompensée. Oui vous avez bien lu, les “salarymen” furent “cassés” par une crise financière due à la spéculation ! Cela ne s’invente pas.

mardi 3 novembre 2009

Dépensons sans compter

40 - Trésor Nous sommes dans une période de grands bouleversements économiques et les plans d’aides ainsi que d’une chute des revenus fiscaux et une augmentation des dépenses. Nous voyons donc notre dette, déjà élevée avant la crise, s’envoler a plus de 110 milliards d’euros.

Evidemment dans un telle situation n’importe quel particulier sur-endetté ferait très attention a ses dépenses et tenterai de maximiser ses revenus par tous les moyens possible (légaux !). Nous serions tentés de croire qu’il en va de même pour un état quel qu’il soit, avec même encore plus de rigueur vu les moyens que possède un état et que ne possède pas un particulier. Il n’en est rien comme nous allons le montrer dans les lignes qui suivent. Article qui sera complété avec les différentes nouvelles disponibles à l’avenir. A chaque fois que c’est possible je donnerai un équivalent SMIC car certains montants ne sont plus compréhensibles.

Les recettes que l’on devrait avoir…

Une nouvelles taxe carbone a été décidée, elle devrait rapporter 4,8 milliard d’euros mais qu’en sera-t-il vraiment alors que de nombreux professionnels en demande l’exonération et que le conseil constitutionnel l’a annulée ?

La suppression de la niche fiscale concernant les sportifs de haut niveau sera votée. Le gain pour le trésor public n’est pas connu.

La fiscalisation des indemnités des accidentés du travail a été votée le 13 novembre 2009. Cela devrait rapporter 150 millions d’euros par an.

Une taxe sur les bonus des traders devrait rapporter, d’après le gouvernement, 360 millions d’euros. Mais en y regardant bien, seuls 90 millions d’euros iront dans les caisses de l’état, le reste (le plus gros) ira dans le fond de garantie des dépôts bancaires. En gros on force les banques à garantir mieux les dépôts de leurs clients et on récupère au passage 25% de la somme.

Les recettes que l’on aura pas…

La TVA sur la restauration a 5,5% n’a jamais été une bonne idée, comme je l’ai déjà montré dans un précédent billet. Mais ce que l’on sait maintenant c’est que ce sera une très mauvaise idée pour les finances de la France : entre 2 et 3 milliards d’euros que nous n’aurons pas…

Les diverses niches fiscales (468 tout de même) qui existent en France ont représenté en 2008 la somme de 73 milliard d’euros (74,88 en 2010) dont 34,2 milliard d’euros concernant l’impôt sur le revenu. Imaginons que nous simplifions tout cela pour ne garder que les niches les plus rentables socialement et pour le pays nous sauverions environ 35 milliards.

La suppression du bouclier fiscal n’aura pas lieu. Nous entendons souvent dire que l’on ne peu imposer un contribuable au-delà de 50% (le chiffre était de 60% il y a peu mais ramené à 50% par notre président). La vérité est que ce bouclier s’applique avant la déduction des niches fiscales. Cela fait une grande différence car de nombreux riches contribuables bien conseillés fiscalement ne paieraient que 30% d’impôts. Cette astuce permet d’ailleurs (c’est très peu médiatisé) a 7076 contribuables (en 2007) disposant d’un revenu de 97 500 euros (plus de 9 ans de SMIC) de ne pas payer d’impôts. Parmi ces 7076 riches contribuables 671 ont économisé 231 000 Euros (plus de 20 ans de SMIC économisés par année d’imposition !) par foyer en moyenne. Ce bouclier fiscal nous a coûté 458 millions d’euros pour 14 000 foyers en bénéficiant (ces contribuables recevront un chèque de 33 000 euros en moyenne soit plus de 2 ans de SMIC). Les 13 riches foyers fiscaux (parmi les 7076) les plus malins ont réussis à ramener leur revenu imposable a 3763 euros (et ne payent donc pas d’impôt) ! Six députés en juin 2008 avaient démontré que "Par l'effet des réductions et crédits d'impôt dont l'utilisation est croissante avec le niveau de revenu, on constate une véritable régressivité de l'impôt : plus un très gros contribuable a des revenus élevés, moins il paie d'impôt en proportion" ainsi sur 10 000 plus riches contribuables, 150 n’ont pas payé d’impôt. Sur les 1 000 plus hauts revenus, 116 ont réduits leur impôts de 93%. Le bouclier fiscal n’est donc qu’un leurre qu’on agite au nez des français… 

La défiscalisation des heures supplémentaires, véritable non sens en période de crise et de chômage accru, nous coûtera entre 4 milliards d’euros en 2009… Et combien d’emplois sauvés si ces heures supplémentaires n’étaient pas si alléchantes pour les entreprises ? Le coût social réel est difficile a calculer.

La taxe de 10% supplémentaire sur les bénéfices des banques ne sera pas. Le montant du manque a gagné n’est pas estimé mais vu l’état des finances publiques cela n’aurait pas fait de mal.

Le prix du tabac va augmenter de 6% (22 octobre 09) nous aurions pu penser que cette augmentation  irais renflouer les caisses de l’état. Pas du tout, les 90 millions d’euros que rapportera cette augmentation ira directement dans les caisses des cigarettiers.

Les dépenses que l’on a déjà…

Le 28/10/09 la polémique se porte sur la dépense du gouvernement français durant sa présidence de l’Europe. Nous avions lu qu’elle était économe il y a quelque temps dans la presse. Il est vrai qu’elle n’est pas la pire (les Allemands ont dépensé plus : 180 millions) mais pas le meilleur (la moyenne se situerai autour de 70 millions). 171 millions d’euros dépensés en six mois de présidence. Soit 1 million d’euros par jour tout de même, soit 10 euros en moyenne par famille ! Un rapport de la cour des comptes nous donne des détails sur ces dépenses. Le problème n’est pas la somme globale mais les détails de la dépense : le rapport efficacité/prix. Exemple : un repas avec les chefs d’états aurait coûté plus de 5000 Euros par personne. La “zone bureau” du président et huit salles d’entretiens bilatéraux (avec douches et toilettes) aurait coûté la modique somme de 245 000 euros (soit plus de 20 ans d’une personne au SMIC).

Les contrats d’autonomie du plan banlieues de la secrétaire d’état à la politique de la ville devaient révolutionner la politique de l’insertion. Lancé en janvier 2008, ce qui était un challenge oh combien nécessaire et louable est finalement devenu un gâchis d’argent. Principale erreur ne pas confier ce mécanisme aux missions locales ayant déjà faite leur preuves sur ce sujet. A la place, une appel d’offre à été lancé et attribué a une majorité d’entreprise et quelques associations. Conclusion : une rentabilité de 7% (jeunes ayant obtenu une formation ou un emploi), avec 30 millions d’euros pour 1000 emplois ou formations. Soit 30 000 Euros par emplois ou formations ! Soit l’équivalent de 1,5 année de SMIC par emploi ou formation !

Le président de la commission des finances de l’Assemblée Nationale a découvert dans le rapport du ministère du budget sur les dépenses fiscales que 20 milliard et demi d’euros sur deux ans sont partit en fumée. En cause l’exonération de l’Impôt sur les Société presque complète des plus-values à long terme de cession de titres de participation. 6200 entreprise ont bénéficiée de cette taxation à taux réduit à 0% depuis le 1er Janvier 2007. Introduite par l’UMP dans le collectif budgétaire de 2004… Cette exonération représente plus du tiers du produit net de l’impôt sur les sociétés de 2008 !

Un député épluche depuis 2007 la « liste des commissions et instances consultatives ou délibératives placées directement auprès du Premier ministre ou des ministres ». Le but étant d’y trouver des doublons inutiles et coûteux. En effet, certaine commissions on des budgets annuels de plusieurs centaines de milliers d’euros, avec 525 commissions cette année la facture peut être lourde… Mais le problème n’est pas que Français et l’Europe a le même problème en moins grave (270 comités).

Le rapport 2009 du Conseil des prélèvements obligatoires et une enquête du périodique Alternatives économiques nous indique que les “optimisations fiscales” des sociétés du CAC40 représente un manque a gagner de près de 8 milliards d’euros. Les grandes entreprises ne payent que 13% du total des recettes de l’impôt sur les sociétés, alors que les PME de moins de 250 personnes en payent 21% ! C’est inquiétant car ces études indiquent également que les PME sont en moyenne 2,3 fois plus taxées sur leurs bénéfices que les 40 entreprises du CAC40 ! Chiffres a rapprocher du fait que le plus gros employeur de France est bien le réseau de PME qui, lui, délocalise peu ou pas.

Les dépenses que l’on aura…

La France est de retour dan l’OTAN, coût : 650 millions d’Euros sur 6 ans. Soit une dépense annuelle à partir de 2010 de 100 millions d’euros environ par an (70 millions pour les salaires et 30 millions de cotisation à l’OTAN). En as-t-on encore les moyens ? De plus ces sommes n’ont pas été intégrée dans la loi de programmation militaire (pas budgétisée) : ca c’est de l’organisation !

Nous savons maintenant que le nouvel avion présidentiel A330 nous coûtera la modique somme de 20 000 euros (soit presque 20 SMICs) l’heure de vol, nettement plus cher que les anciens A319 (12 000 euros). L’achat à coûté 60 millions d’euros (d’occasion) à l’achat et 30 millions de frais d’aménagement. Avec l’achat d’un second Falcon 7x l’addition se monte à 180 millions d’euros au total. Somme qui ne figure pas au budget de la présidence.

Le député R. Dosière (apparenté PS) révèle que l’ensemble des rémunérations et traitement des effectifs des ministères ont augmentés de +38,1% soit 19,4 millions d’euros supplémentaire.

mardi 27 octobre 2009

Une simple erreur de vote…

37 - Vote annulé

Vendredi un texte d'origine PS permettant de taxer de 10% supplémentaire le revenu des banques a tranquillement été voté (44 contre 40) par l'assemblée nationale. Cette fois-ci pas de députés PS cachés derrière des colonnes qui sortent pour voter au dernier moment, mais un véritable vote démocratique.
Sauf que pour le gouvernement, pas question de laisser passer cela (lobby des banques??). Normalement le texte étant voté il n'y a rien à faire pour le supprimer. Mais c'est sans compter sur l'imagination débordante du gouvernement. Ainsi, d'après le gouvernement, il s'agirait d'une "erreur matérielle" sans en préciser la nature exacte. Un député UMP, Jean-François Lamour, est d’ailleurs venu, depuis, au secours de cette thèse déclarant qu'il se serait trompé de vote ! Le gouvernement a fait annulé cet amendement ce lundi et fait ré-voté l'amendement qui finalement a été refusé. Problème, le 14 octobre Jean-François Lamour avait voté pour cette taxation en commission des finances, autre problème quelque minute avant le vote de vendredi, le même Jean-François Lamour avait encore pris la parole pour défendre la taxe…
Ne nous éloignons-nous pas, de plus en plus, du fonctionnement d'une démocratie ?

Pour information les autres pays sont moins soucieux des intérêts des banque comme en Belgique ou à partir de 2012, 0,15% des dépôts et de l’épargne constitueront une prime de garantie (540 millions d’Euros environ). La Réserve Fédérale Américaine se dit favorable pour faire supporter les coûts du sauvetage des banques pour l’industrie financière. La commission Européenne est également d’accord avec un financement privé des future crise bancaires.

mardi 13 octobre 2009

La morale ? On s'en tape !

37 - La morale on s'en tape

Concernant l'affaire Polanski je soulignais la semaine dernière la déchéance de la morale publique. Je n'imaginais pas que l'actualité des jours suivants allait m'apporter autant d'exemples confirmant mon hypothèse ! Récapitulation de la série d'événements.
Affaire Polanski : on s'aperçoit plus de 30 ans après qu'il a été impliqué dans une affaire de mœurs et personne n'en parlait plus malgré sa fuite peu glorieuse des états-unis et son mandat de recherche international. Tout cela n'a pas empêché la France de l'accueillir et qu'il devienne célèbre (en partie grâce à notre accueil).

Deux personnalités du gouvernement dérapent en soutenant le cinéaste un peu trop vite et fort. Ce n'est pas parce qu'on est ministre de la culture que l'on est ministre des artistes... Il faudrait que l'on explique à certains ce que c'est d'être ministre. L'ironie veut que les deux soutiens soient des transfuges du PS. Le gouvernement et le chef de l'état se sentent obligés de les soutenir, créant du coup la zizanie dans les rangs de la majorité ! Est-ce l'échec de la politique d'ouverture du gouvernement ? Sans doute pas, le passé des ministres étant bien entendu connu du gouvernement lors de leur intégration au gouvernement (voir ci après l'affaire Mitterrand). Il s'agit donc de nomination volontaires.

La semaine s'est poursuivie par la libéralisation des jeux d'argent sur Internet. Mesure urgente en période de crise économique actuelle (sic). D'accord cette mesure était prévue de longue date mais, en temps de crise, ne doit-on pas adapter les priorités ? De plus, sur le fond, on voit bien que la mesure n'était pas nécessaire (pas besoin de libéraliser pour bloquer les sites de jeux illégaux), pas justifiée (une partie de l'argent du jeux n'ira plus dans la poche de la Française des jeux (cad la nôtre) mais dans celle d'opérateurs privés qui piaffent d'impatience) et encore moins correctement ficelée (protection de l'addiction aux jeux quasi-absente du texte).

Puis, est venue l'affaire Mitterrand dont on s'aperçoit seulement 4 ans après sa publication (excusez du peu) qu'il a écrit un livre horrible ou des passages entiers décrivent par le menu comment il a choisi en Thaïlande "un garçon" (se sont ses termes) et comment il l'a emmené dans une chambre d'hôtel et ce qu'ils y ont fait. Il est ensuite facile de s'excuser au journal de 20h pour dire qu'il allait en Thaïlande pour y trouver des "garçons" prostitués de 40 ans... Pourquoi ce livre autobiographique horrible n'a-t-il pas été dénoncé aussi violemment qu'aujourd'hui a sa sortie ?

Enfin dernièrement, le président tente de placer son fils, Jean, à la succession de l'organisme de gestion de l'immobilier de la défense, soit plus un milliard d'euros et l'équivalent de 160 hectares de bureaux. Est-ce normal qu'un jeune de 23 ans sans diplômes et ayant redoublé sa seconde année de droit se voit confié autant de responsabilités ? Bien sûr les partisans du fiston, pour plaire a son tout puissant père, redoublent d'imagination pour justifier une telle nomination : la compétence n'attend pas le nombre des années (certes encore que ce ne soit pas le cas ici, même jeune il faut tout de même justifier d'une certaine compétence ce qui n'est pas le cas), contester sa nomination serait un racisme anti-jeune (j'aimerai bien, cela permettrait de relancer ce débat mais pour la même raison de compétence évoquée plus haut cela ne peut être le cas, pour qu'il y ait racisme, il faudrait que tous les autres candidats soient moins bons que lui...). Autres arguments évoqués : d'autres fils ou filles de politiciens sont eux aussi politiciens, certes mais leur cas est loin d'être identique, Martine Aubris par exemple a un diplôme d'HEC . Et quand bien même, certains auraient fait pareil avant, est-ce que cela permet de légitimiser tout les excès à venir ? Peut-on dire valoriser le travail ("travailler plus pour gagner plus") et à la première occasion faire le contraire ? La vrai raison de ce refus massif du peuple est un racisme anti-monarchique ! Eh oui nous sommes en pleine crise économique et les jeunes "rament" pour trouver un simple emploi tandis que les plus âgés se sont résignés, pour la plupart, a rester au chômage. Au milieux, les 35-45 ans ne sont pas mieux lotis en étant virés parfois comme des malpropres alors que bien souvent ils étaient très compétant. Oui cette tentative de nomination est scandaleuse en général et abominable en ce moment en particulier. Elle met en lumière l'écart entre ce que le pouvoir veut que le peuple croit et ce que le pouvoir pense et fait en réalité.

Quatre affaires immorales en une semaine, c'est trop, nous ne pouvons que constater passivement la dégradation de la morale publique fort préjudiciable à l'image de la France dans le monde et à la cohérence et crédibilité de l'action publique. Quand on pense qu'en Chinois la France se dit "pays des lois" car c'est l'image que nous donn(i)ons aux Chinois, encore un petit effort et ils devront nous appeler "pays de l'immoralité"...

Update du 29/10/09: La cour d’appel de Paris s’est opposée jeudi à l’ouverture d’une enquête judiciaire sur les biens de plusieurs chefs d’état africains. La plainte originelle émanait de plusieurs ONG. Pourtant la doyenne des juges d’instruction de Paris avait donné, début mai, son accord… La Françafrique n’est pas morte.

Update du 7/11/09: Le TJN (Tax Justice Network) une ONG indique dans un rapport que “les principaux pourvoyeurs d’opacité financières ne sont pas de petites îles ensoleillées mais des nations riches qui dispose de leur propres territoires d’opacité” fruit de 18 mois de travail. Sont cité comme paradis fiscal déguisé 60 états (rien que ca) dans l’ordre : L’état Américain du Delaware, Le Luxembourg, La suisse, Les îles Cayman La City (à Londres), L’Irlande, Les Bermudes, Singapour, la Belgique, Hong-Kong, … A croire que cette chasse aux paradis fiscaux que nous venons de connaître était bien pratique pour masquer et favoriser les vrais paradis fiscaux.

La mode du moment : les sociétés privées créent des sites web permettant de dénoncer ses autres collègues anonymement. Les salariés peuvent ainsi dénoncer : corruption, drogue, actes illégaux, prise de médicament sur ordonnance, conduite inappropriée, violation de la politique interne, etc. Heureusement la justice à tranché le 6 novembre 2009 traitant ces tentative de “troubles manifestement illicite”. L’idée vient des états unis où en 2002, après la faillite d’Enron, une loi impose aux société cotée la mise en place de système de dénonciation des actes illégaux des dirigeants par des salariés. Il serait (c’est une pure hypothèse) facile de transformer ce système dédié à la corruption en col blanc à tous le personnel de l’entreprise et de ne garder que les plaintes qui vont dans le sens de la direction.

Update du 9/11/09: Autre histoire sur le deuxième fils du président (producteur de RAP), un site web réputé sérieux reporte une intervention directe d’un conseillé du président pour demander des justifications sur le refus de l’octroi d’un prêt de moins de 10 000 Euros auprès de la SCPP (Société Civile des Producteurs Phonographiques). N’étant pas membre de la SCPP il est normal que le prêt n’aie pas été accordé. La solution a été fournie par le directeur général de la SCPP : prendre une carte de membre et son dossier sera revu. Comme cela simplifie les choses !

Update du 13/11/09: L’assemblée nationale à voté finalement la fiscalisation des indemnités des accidents du travail pour un gain estimé de 150 millions d’euros. Voila une mesure hautement morale, manger sur le dos des accidentés du travail indemnisés a seulement 60% de leur salaire, c’était ultra-urgent. Dans le même temps nous apprenons la facture pour l’achat du air-force one présidentiel et d’un Falcon 7x : 180 millions d’euros… Une rumeur (a vérifier) courre sur le web disant que l’avion présidentiel sera équipé d’une cafetière à 25 000 euros (25 SMICs environ). Nous serions tenté de dire si a 50 ans ont n’a pas une cafetière à 25 000 euros, on n’est rien… (sic!)

Update du 18/11/09: La France perds 7 places en deux ans dans le classement de la perception de la corruption fait par Transparency International : 24e rang mondial ! La disparition annoncée des juges d’instruction ne va pas améliorer les choses, idem pour la suppression des Chambres Régionales de Comptes. Quand aux raisons de cette dégradation, elles sont surement multiples mais une mesure est a noter : le relevé des plafonds obligeant a passer par un appel d’offre.

Update du 27/11/09: Finalement il n’y aura pas d’enquête sur l’affaire des sondages de l’Elysée. L’affaire a commencé lorsque la cours de compte a épluché les frais de sondage de l’Elysée pour une somme totale de 3,28 millions d’euros. Manne qui de plus a en majorité profité a des proches du président (un proche conseiller et un institut de sondage) leurs permettant des bénéfices immenses (la presse parle de 900 000 euros de profit pour le conseiller). Les dépenses de plus ne cessent d’augmenter. Ainsi par un tour de passe passe au bénéfice du SIG (diminutions des budgets des ministères au profit du SIG puis pour 2010 augmentation des budgets des ministères) les budgets vont continuer d’augmenter l’année prochaine. La presse critique certains sondages ^qui ne servent qu’à l’UMP et non au pays (Sondage de Septembre 2008 permettant de voir que 59% des franciliens préfèrent V. Pécresse à R. Karoutchi contre JP Huchon).

Update du 28/11/09: Le député R. Dosière (apparenté PS) indique que le nombre de conseillers de cabinets ministériels a augmenté de 17,2% entre 2008 et 2009. Leurs salaires ont crû de 12,8% avec une moyenne de 7 157 Euros bruts. Le personnel d’intendance a augmenté lui de 17,8% . Les primes de cabinet ont augmenté de +20,6% avec un montant de 31,7 millions d’euros en 2009 partagée entre 3 465 personnes pour un montant moyen de 9 155 Euros. L’ensemble des rémunérations et traitement des effectifs des ministères ont augmentés de +38,1% atteignant 70,3 millions d’euros (+19,4 millions d’euros).

Update du 14/12/09 : Les entreprises du CAC40 payent 2,3 fois moins d’impôts sur le bénéfices que les petites et moyennes entreprises (PME) d’après un article de La Tribune (14 décembre 2009) qui épluche le rapport du Conseil de prélèvements obligatoires. Pour 100 euros payés par les PME, les entreprises du CAC40 en payent 43 ! Ceci nous donne les taux d’imposition implicite de 30% pour les entreprise de moins de 9 salariés, 13% pour les entreprises de plus de 2000 salariés et 8% pour les entreprises du CAC40. C’est le rapport inverse de ce qui se pratique en Chine ou les petites entreprises sont peu taxées tandis que les grands groupes sont assez fortement taxés. Comment expliquer cet état de fait ? Optimisation fiscale, paradis fiscaux sont les principales techniques utilisées. Lorsque l’on sait que les PME sont les principal employeur en France et que les grands groupes ont une furieuse tendance à licencier et/ou délocaliser nous comprenons aisément le malaise de l’emploi en France.

Update du 17/12/09 : Le parquet confirme que J. Dray ne sera pas renvoyé en correctionnelle. Toutefois il aura droit a un “rappel à la loi” et risque enfin un redressement fiscal au titre de sommes perçues et non déclarées. No comment.

Update du 22/12/09 : L’AMF a tranché il n’y a pas eu de délits d’initiés dans l’affaire EADS. "L’absence de sanction risque fort aujourd’hui de placer une fois de plus le gendarme de la Bourse au
centre des critiques, pour son indulgence avec les puissants
", conclut La Tribune. "J’ai le choix entre passer pour malhonnête ou pour incompétent" avait dit A. Lagardère qui avait réalisé un bénéfice de 2 milliards d’euros (dont 126 millions en provenance de fonds publics : La caisse des dépôts et consignations. Nous connaissons l’opinion officielle de L’AMF. La Tribune a pourtant sortit un document interne informait les dirigeants d’EADS dès le 6 mars des retards de livraison sur les A380. Le lendemain les dirigeants se rencontrent mais n’auraient pas parlés de ce point, le même jour N. Forgeard et nombre de ses directeurs font signer au directeur financier l’autorisation de vendre leurs stock-options. L'AMF justifie cette décision par le fait que les informations utilisées par les dirigeants étaient de nature industrielle et pas financière. C.a.d. qu’ils connaissaient les retards mais leur impact financier pour EADS. Finalement Lagardère avait raison.

Update du 26/12/09 : Il n’y a pas que la France a donner dans l’immoralité, les états-unis viennent d’en faire la preuve : Le trésor Américain a relevé de 500 000 dollars le plafond fixé au milieu de la crise pour limiter les rémunérations des dirigeants d’entreprise afin de ne pas faire fuir les employés compétents. C’est sur là, pas de risque !

Update du 4/01/10 : Après nous avoir fait la morale sur le piratage de musiques sur internet, le gouvernement est finalement pris la main dans le sac avec le “lipdub” de l’UMP qui avait demandé l’autorisation d’usage de la chanson “changer le monde” et avait essuyé un refus de l’interprète Marie-Mai sans en tenir compte. Conclusion une condamnation a payer 32 500 euros pour piratage. Ca méritait de figurer dans ce billet !

Update du 12/01/10 : Accusée de piratage sur la police de caractère utilisée pour son logo (fonte de caractères officielle et copyrightée par France Télécom crée en 2000), l’Hadopi, finalement modifie discrètement son logo. L’affaire a été révélée sur Twitter et le site Korben.info. Décidément, les donneurs de leçons ont dû mal à les respecter (voir ci-dessus). Il est vrai que le monde d’aujourd’hui est de plus en plus complexe et que respecter la loi de toute bonne foi (l’erreur provient de l’agence de communication de l’Hadopi) devient plus que difficile.

Update du 12/01/10 : Polémique sur les propos du directeur de France Inter qui déclare « France Inter est une radio qui coûte cher à l'actionnaire, qui n'est pourtant pas très bien traité par la station ». L’actionnaire en question serait-il le président de la république ? L’intéressé a depuis démentit mais le doute persiste. Confondre le président de la république avec les contribuables (car c’est bien eux qui payent “un peu” pour des radio comme France Inter) est aussi scandaleux que lorsqu’autrefois Charasse parlait de « mon pognon » en parlant de l’argent des contribuables… Les dirigeants, de tous bords, ont du mal a comprendre que l’argent des Français n’est pas le leur manifestement !

Update du 19/01/10 : Finalement le salaire du nouveau patron d’EDF sera double (Veolia + EDF) et correspondra a une augmentation de 45% du salaire du précédent PDG pour un montant de 2 millions d’euros par an. Aucune morale alors que la crise économique n’est même pas encore finie et après toutes les déclarations en sens contraire du gouvernement ces derniers mois. Quand on dit que ce sont des gens qui travaillent beaucoup et qui sont très doués, en fait partagent leur job entre deux entreprises tellement ils ont de temps libre.

Update du 20/01/10 : Les députés UMP ont vidé fortement de sa substance la commission d'enquête parlementaire sur les sondages de l'exécutif en excluant les dépenses de l'Elysée durant la présidence actuelle du champ d'investigation.

Le président (socialiste) du SAN (regroupant 6 communes de l'étang de Berre) accusé d'avoir perçu 300 000 euros en liquide de Provence Recyclage entre 2003 et 2006, en échange d'informations sur un marché de collecte des déchets a été condamné ce jour à un an de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité par le tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence. Il est interdit d'exercer toute fonction publique pendant 5 ans, et condamné à 100 000 euros d'amende.

Update du 4/02/10 : Les députés UMP ont soumis un projet d’arrêté diminuant de 169 à 151,67 le SMIC horaire, la base mensuelle des cotisations de retraite des apprentis. Ceci reviendrait à leur supprimer 2 mois de cotisations de retraite…

Mots clés Technorati :

jeudi 8 octobre 2009

Baisse de la TVA sur la restauration : épinglée par la cour des comptes

36 - Baisse TVA

En contrepartie d’une baisse de la TVA de 19,6 à 5,5%, les restaurateurs s’étaient engagés à baisser les prix de 11,8%, de créer 40 000 emploi sur deux ans et d’augmenter les salaires. Bref de réserver cette baisse aux clients et aux salariés.

Un rapport accablant du conseil des prélèvements obligatoires (appartenant à la cour des comptes) conteste l’efficacité du dispositif ne pourrait créer à terme que 6 000 emplois et n’aurait pas réellement permis une baisse des prix importante tout en coûtant 3 milliards d’euros à l’état.

Calculons un peu. Si le dispositif marche comme prévu et qu’il coûtera 3 milliards d’euros par ans cela revient à subventionner ces emplois à hauteur de 75 000 € par salarié et par an. Déjà au vu de ce chiffre nous pouvons déjà en déduire que ce ne sera pas rentable, puisque ces emplois couteraient à la société la modique somme de 6 250 € par mois ! Soit le salaire d’un cadre (très) supérieur… Evidemment il faut aussi intégrer les baisses de prix réelles (voir ci après), cela donne tout de même 5 950 € par emploi et par mois !

Si l’on reconsidère ces 40 000 hypothétiques emplois à 6 000 emploi les chiffres sont édifiants : 500 000 € par emploi et par an. Soit la modique somme de 41 660 € par emploi et par mois. Cette rémunération théorique correspond a celle d’un PDG d’une très grosse PME. Evidemment il faut aussi intégrer les baisses de prix réelles (voir ci après), cela donne tout de même 39 660 €. Le SMIC net est à 1 047,44 Euros. Soit presque 38 mois de SMIC !

Bien sûr ce ne sont que des estimations, nul ne sait ce que sera vraiment la situation au bout de deux ans. Toutefois force est de constater que si les objectifs sont atteints à terme, il aurait mieux valu payer ces emplois au smic à rien faire qui dans ce cadre. Ceci ne tiens pas compte de l’argent économisé par les ménages. Le rapport sur ce point indique que les prix n’ont pas baissés de 11,8% comme convenu mais de 4,8% (un établissement sur deux a joué le jeu actuellement).

Remarquons que les ménages pauvres vont rarement au restaurent (ou dans des fast food déjà à 5,5%) et que seuls les ménages aisés continuent d’aller au restaurent régulièrement et que cette petite économie est surtout pour eux.

Rappelons également que l’année prochaine le déficit de l’état sera de 110 milliards d’euros et que 3 milliards de moins auraient été les bienvenus.

Libérez les jeux d’argent ! (sic)

35 - Libérez les jeux_color

Le gouvernement étudie en ce moment une libération des jeux d’argents sur internet.

Nous lisons des critiques dans la presse : il s’agit de faire plaisir aux amis du gouvernement qui vont, de part cette libération profiter a nouveau d’un concurrence déloyale des entreprise étrangères qui sans vergogne leur prenais des parts de marché. Le gouvernement rétorque que cette mesure va permettre de fixer des règles et d’interdire ceux qui ne les suivent pas. Nous entendons aussi que cette loi permettra de récupérer de l’argent dans les caisses de l’état.

Nous pouvons tout de même nous demander les points suivants:

  • Est-ce le moment en pleine crise financière de s’occuper de ce sujet qui n’est pas essentiel !
  • Il est vrai que la concurrence sur internet était forte (et illégale)
  • Il est faux de dire qu’après la loi nous allons pouvoir mieux lutter contre les contrevenants car dans ce cas (si nous en avons les moyens techniques, comme en bloquant les payements bancaire vers les société de jeux illégales) pourquoi ne le faisons nous pas déjà
  • Cela ne fera pas rentrer beaucoup d’argent dans les caisse car la concurrence illégale restera là (voir point précédent) seuls les groupes légaux (et payant des impôts) pourrons officiellement  être actif sur internet et payerons des impôts sur ces activités. En revanche le monopôle de la française des jeux saute et l’argent de la Française c’est notre argent de contribuable

Bref, cette affaire est en réalité une ouverture à la concurrence des jeux d’argent sur internet, cela ne rapportera pas beaucoup d’argent à l’état et est scandaleux en pleine crise financière 2009… Cela ne mérite donc pas un billet plus long que ça !

jeudi 1 octobre 2009

Arrestation de Polanski

33 - JusticeEquitable

Rappel des faits : Monsieur Polanski est présent en 1977 dans propriété californienne de Jack Nicholson pour réaliser des photos pour Vogue avec une jeune fille de 13 ans. Le problème est qu'il est rapidement accusé d'avoir abusé d'elle sexuellement (alcool, drogue...). Dans la confusion des mœurs des gens du showbiz de l'époque cela aurai pu passer inaperçu, cela n'a pas été le cas. Il a semblé judicieux aux avocats de plaider coupable pour relation sexuelles avec une mineure afin d'échapper plus tard aux accusations (plus graves) de viol. Le cinéaste finalement prend peur et disparaît en France. Depuis il n'a pas été inquiété malgré un mandat d'arrêt international émis par les américains. Cela ne l'a pas empêché non plus de faire, depuis, de nombreux films connus. Sauf que dernièrement il est arrêté lors de son arrivée en Suisse en raison du mandat d'arrêt qui courre toujours. Depuis de nombreuses voix se sont élevées pour soit dénoncer son comportement passé soit pour défendre le personnage (parmi elles Frédéric Mitterrand et Bernard Kouchner)


En dehors de toute passion, cette affaire singulière doit ne pas nous faire oublier l’évidence :
• Un homme jusqu'à preuve de sa culpabilité est encore innocent
• Fuir un procès alors qu’on est innocent est suspect (sauf dans les cas où le procès n'a aucune chance d'être équitable, était-ce le cas?)
• Avoir des relations sexuelles avec une mineure est abjecte et relève d'une attitude de prédateur
• Violer une femme et a fortiori une mineure (si tel est bien le cas) est purement monstrueux
• Il n'y a pas de prescription pour les crimes sexuels aux états-unis, le mandat d'arrêt est donc encore valable.

Lorsque nous avons dit tout cela nous n'avons rien dit car de nombreuses zones d'ombres demeurent dans ce dossier :
• Pourquoi la France accueille un personnage poursuivi par un mandat d'arrêt international émis par nos amis Américains ?
• Pourquoi durant 30 ans personne ne s'est aperçu qu’un personnage public tel que lui vivait en France et était visé par un mandat ? La question est posée aussi bien pour les Français, les Suisses, les Américains et tous les autres pays où il a pu voyager depuis 77.
• Pourquoi les Suisses ont-ils tolérés sa présence répétitive sur leur sol, sachant qu'il y avait acquis légalement et a son nom un magnifique chalet ?
• Pourquoi, dans ces conditions, l'arrêter aujourd'hui ?
• Pourquoi certains politiciens l'ont soutenu dès l'annonce de son arrestation ?
• Plus troublant : Pourquoi certains d'entre-nous (je ne parle pas de la diaspora mais du peuple), connaissant les accusations graves portées contre lui et son manque de courage pour prouver son innocence, ont-ils vu ses films et achetés ses DVD ?


Alors tous coupables ? Non, bien sûr mais nous pouvons tout de même noter une dégradation notoire de la "moralité" en France. Évidemment le tollé contre les réactions de défense du cinéaste est positif mais hélas bien tardif : si ce personnage n'est pas recommandable pourquoi avons nous admis si longtemps sa présence sur notre territoire, pourquoi avons-nous participé à son ascension sociale alors même que son innocence est douteuse ?

 
Cette affaire est un mélange de tolérance et de goût pour les grivoiseries, de perte de mémoire collective, d'insouciance terrible, de copinage, de bêtise, de l’idée de la supériorité de l'intellect sur tous le reste, d'un réflexe de défense idéologique des opprimés, d'un oubli des valeurs fondamentales qui définissent les limites entre la civilisation et la barbarie, d'un respect très Français des tricheurs, et, de la prise en compte des intérêts supérieurs de la nation. Nous oublions les valeurs fondamentales de la France : l'égalité est une notion lointaine de nos jours (ainsi que la liberté et la fraternité, mais c'est un autre débat).
Nous devons tous réfléchir à la société que nous voulons (la morale étant une notion très relative dans le monde et entre les individus) et agir en conséquence et en temps réel. Ce que nous acceptons ou refusons définit notre pays et nous définis en tant qu'humains. C'est notre devoir de Français et de citoyen du monde.

mardi 29 septembre 2009

Sarkozy travaille-t-il trop ?

32 - Trop de travail

C’est en tout cas ce dont il s’est plaint à plusieurs reprises. La dernière en date étant lors du G20.

Oui, être président, même d’un petit pays comme la France, est un boulot important et à plein temps. Toutefois, A-t-on entendu d’autres chefs d’états se plaindre ? Obama ne se plaint pas et pourtant il a aussi son lot de problèmes, nous pouvons en être certain à commencer par sa réforme houleuse de l’assurance santé. Pour revenir en France, Jacques Chirac ne s’ai jamais plaint en public et tous ses prédécesseurs non plus…

Alors ? Nicolas Sarkozy découvrirait-il qu’à force d’être présent sur tous les fronts il risque l’épuisement ? Veut-il faire prendre conscience aux Français du dévouement et du sacrifice qu’il fait pour la France ? Se lasserait-il du pouvoir ? Serait-il vraiment fatigué malgré son jeune âge (par rapport aux précédents présidents) ? Ce travail serait-il de trop grande envergure pour lui ?

Ces questions méritent d’être posées car sinon pourquoi en parle-t-il en public ? Cette situation ne manque certes pas de piquant lorsque l’on sait qu’il ne manque pas une occasion de fustiger la fainéantise des Français, le retours aux valeurs du travail et la fin de l’assistanat. Ne répète-t-il pas à l’étranger qu’il dirige un peuple qui se laisse aller comme lors de sa dernière visite à Shanghai en Chine où les journaux Chinois ont rapportés que le président était admiratif devant le courage des Chinois et que si les Français en faisaient autant notre pays s’en porteraient mieux…

Oui, le travail est nécessaire pour vivre, pour notre santé intellectuelle et pour notre bien être en général. Mais trop de travail ou des conditions de travail inacceptables (les exemples ne manquent pas en ce moment) sont autant de poisons que l’on distille dans nos veines. Si le commun des Français ne passe pas son temps a courir aux quatre coins du globes, nous ne pouvons pas non plus en déduire que nous ne faisons rien. Nous faisons en plus notre ménage, élevons nos enfants, faisons nos courses, payons nos impôts, etc.. Tout cela en plus ne notre travail. Nous n’avons pas de personnel de maison, pas de cuisinier, pas de chauffeur, etc..

Bien, maintenant je crois que vous nous comprenez mieux, Monsieur le président…

Update 27/10/09: Finalement non, après 5 semaines de vacances cet été, voila qu’il reprend 2 semaines de congés…

Mots clés Technorati :

Taxer les accidents (du travail)

27 - Taxer les accidents du travail

En voila une idée saugrenue ! D’ou peut-elle venir ? Une bonne part des élus de la majorité y sont opposés car cela ressemble trop à une mesure visant a taxer le malheur et les classes moyennes. En effet, si un “riche” employé viendrait à se blesser sur son lieu de travail, il ne serait pas trop pénalisé par cette taxe. Pour les plus faibles il en va autrement : lorsque chaque euros comptent, le moindre euro repris est un problème.

La logique dans tout cela ? Les fruits du travail sont imposés pourquoi ne pas faire de même avec les indemnités lorsqu’on ne travaille plus. Certes, ce n’est pas faux. En revanche, ce qui est troublant dans cette proposition de mesure c’est que la France en soit à rechercher les euros dont elle a besoin au fond des derniers tiroirs de la république. S’il ne nous reste que cette piste (estimée à 150 millions d’euros) pour ramener de l’argent dans les caisse, c’est que la France est en banqueroute ! Ce qui n’est bien évidemment pas (encore) le cas… Rappelons-nous la liste innombrable des niches fiscales encore en vigueur.

La question reste donc ouverte. Pourquoi ? Il faut savoir que cela avait déjà été proposé au budget 2008 puis retiré devant la protestations des associations. Pourquoi remettre cette taxe sur le devant de la scène ? Nous pouvons penser à l’opportunisme de certains au gouvernement, à la volonté de parler de sujets insignifiants car ainsi on ne parle pas des vrais sujets….

Mots clés Technorati :

lundi 28 septembre 2009

“Serial Suicides” chez France Télécom

30 - chutes d'hommes

Un 24ième suicide (en 18 mois) est arrivé ce jour chez France Télécom. Agé de 51 ans, il avait été muté il y a peu à la centrale d’appel de Annecy. Il s’est jeté d’un viaduc autoroutier laissant une lettre dénonçant le “climat impossible” dans l’entreprise. Il travaillait sur un plateau réputé comme “invivable”.

Le blog commence avec cette triste nouvelle. Ce nouvel évènement doit nous faire réfléchir sur les risques pour la santé des salariés liés à la politique de gestions humaine dans les entreprises. Ce cas n’est pas isolé et quelle grande entreprise n’a pas “son” cas de suicide ou de tentative de suicide ? Dans le cas de France Télécom ceci est d’autant plus inacceptable que l’état Français est encore propriétaire de 27%. Si même dans ce cas nous ne faisons rien, que pouvons nous faire pour les sociétés complètement privées ?

France Télécom réagira-t-il ? La suite sur ce blog…

Comme disait Beaumarchais "Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer" voici le premier dessin de ce blog, triste dessin…

dimanche 27 septembre 2009

Bonjour et Bienvenu

Bonjour et bienvenu sur mon blog.

Ce blog est un blog humoristique reprenant les nouvelles du moment et y ajoutant une note d'humour ce qui n'empêche pas aussi de rester sérieux et de réfléchir ensemble sur l'évolution de notre société et du monde.
Garder l'esprit libre, penser par soi-même, ne pas être influencé par les modes de pensée des média d'aujourd'hui... Amusez-vous bien... !
Eugène

Annuaire BlogueParade.com

logo